y     Dans l'un et l'autre cas, on ne dessine pas la même chose. Beaucoup de dessinateurs semblent préférer les modèles "pulpeux", pour lesquels le modelé apparaît bien plus nettement, et dès lors, il est plus facile à repérer et à représenter. Je préfère par contre, lorsqu'il s'agit de femmes, les modèles plus minces, plus plats ou plus musclés. Les modèles osseux sont pourtant très enquiquinants à dessiner.

     Un jour où je dessinais au Musée Bourdelle, par mauvais temps, l'éclairage électrique révélait toutes les côtes de notre modèle. Une compagne d'atelier avait soigneusement compté ses côtes, qu'il n'en manque aucune sur son dessin. Le professeur l'a disputée, en lui disant que le modèle n'était "pas un zèbre". Un modèle mince ou musclé permet réellement d'étudier l'anatomie. Je devais être kiné dans une autre vie...

y